CHIME REÇOIT UN PRIX DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL POUR L’INNOVATION


L’équipe du télescope CHIME reçoit une distinction pour ses réalisations exceptionnelles et révolutionnaires.

Une équipe de chercheurs canadiens vient de recevoir un prix 2020 du Gouverneur général pour l’Innovation, pour avoir conçu et réalisé un radiotélescope innovateur qui donne déjà des résultats spectaculaires.

« Nous sommes entrés dans une période que les scientifiques appellent "l’ère CHIME", faisant allusion à un projet intitulé l’expérience canadienne de cartographie de l'intensité de l'hydrogène (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment, [CHIME]). Ce projet vise à mesurer l’historique d’expansion de notre univers et de cartographier la distribution cosmique des sursauts radio rapides qui y surviennent et de faire le suivi des radios pulsars », peut-on lire dans la description qu’en donne le site Web des prix. « Élaboré, financé et entièrement assemblé par des Canadiens, le télescope CHIME constitue une réalisation technologique novatrice ainsi qu’un grand projet scientifique qui permet de répondre à certaines des questions les plus sérieuses en matière d’astrophysique moderne. »

Avec la participation de plus de 50 scientifiques de l’Institut Périmètre, de l’Université McGill, de l’Université de Toronto et du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), CHIME est le premier nouveau télescope canadien depuis des décennies.

Niché entre les montagnes de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, à l’observatoire fédéral de radioastrophysique du CNRC, loin des interférences de signaux d’origine humaine, CHIME est devenu un moteur de la détection de sursauts radio rapides (SRR). Ces signaux puissants et ultrabrefs venus de l’extérieur de notre galaxie, déconcertent les chercheurs depuis leur découverte en 2007. Dans la décennie qui a suivi la détection du premier signal, seulement quelques dizaines d’autres ont été repérés.

Tout cela a changé avec la mise en service de CHIME, qui a déjà détecté plus d’un millier de SRR en relativement peu de temps depuis qu’il est en fonction.

En janvier 2019, peu après la phase de mise en route du télescope, l’équipe de CHIME a annoncé la détection de 13 nouveaux SRR, dont un répéteur. En août 2019, elle a annoncé avoir détecté un plus grand nombre de SRR, dont 8 nouveaux répéteurs. En janvier de cette année, elle a trouvé le lieu d'origine de l'un de ces SRR — le plus près de la Terre jusqu’à ce jour. Puis en juin, l’équipe a annoncé la découverte d’un SRR qui se répète périodiquement, d’une manière prévisible, ce qui promet de limiter les origines possibles de ces sursauts.

Ces succès sont dus en bonne partie au logiciel mis au point par Kendrick Smith, professeur à l’Institut Périmètre, et les membres de son équipe, notamment l’informaticien Dustin Lang ainsi que les étudiants Masoud Rafiei-Ravandi et Utkarsh Giri. L’étudiant Alex Roman de même que les postdoctorants de l’Institut Périmètre et du CNRC Simon Foreman et Meiling Deng, travaillent aux autres objectifs scientifiques de CHIME, qui concernent notamment les pulsars et la cosmologie.

Kendrick Smith, qui est titulaire de la chaire Famille-Daniel-James-Peebles de physique théorique à l’Institut Périmètre, a déclaré : « CHIME fait appel à un nouveau concept de "télescope logiciel", au potentiel d’une puissance statistique extraordinaire avec un matériel peu coûteux. Cependant, pour réaliser ce potentiel, il faut améliorer considérablement les algorithmes actuels, car CHIME produit 100 fois plus de données que les radiotélescopes traditionnels. »

De fait, CHIME livre chaque jour environ 1 pétaoctet de données — soit 1 024 téraoctets, ou un million de gigaoctets. Et il faut dépouiller ces données en temps réel, à mesure qu’elles arrivent. « Elles sont trop volumineuses pour être enregistrées sur disque », explique M. Smith.

« À l’Institut Périmètre, poursuit M. Smith, nous avons mis au point un logiciel et des algorithmes nouveaux qui ont permis à CHIME de trouver dans ces données des sursauts radio rapides (SRR), dont la nature est encore inconnue. Grâce en partie à ce travail, CHIME est devenu le télescope le plus puissant au monde pour la détection de SRR. C’est une immense réussite pour l’astrophysique canadienne. » [traduction]

Victoria Kaspi, professeure à l’Université McGill et membre importante de l’équipe du télescope CHIME, a déclaré : « Le succès de CHIME est dû à une équipe extraordinaire. Des chercheurs les plus aguerris aux étudiants diplômés ou même de 1er cycle, chacun, peu importe son âge, son institution d’appartenance ou son expérience antérieure, est engagé et motivé, et apporte à sa façon une contribution qui compte. »

« C’est un plaisir de faire partie de cette équipe, et nous souhaitons continuer de travailler ensemble pendant de nombreuses années. Le prix du Gouverneur général pour l’innovation est un immense honneur qui rejaillit sur chacun de nous. » [traduction]

Remis annuellement depuis 2016, les prix du Gouverneur général pour l’innovation ont été créés afin de promouvoir une culture de l’innovation en récompensant des travaux exceptionnels et révolutionnaires effectués par des Canadiens. Les prix sont remis à des personnes, équipes ou organismes dont les innovations sont véritablement exceptionnelles et porteuses de transformations et ont une incidence positive sur la qualité de vie au Canada. Jusqu’à six lauréats par année sont retenus au terme d’un processus de sélection en deux étapes, fondé sur le mérite.

« Cette équipe est entièrement tournée vers l’innovation », a déclaré le postdoctorant Simon Foreman, dont les travaux contribueront aux efforts de CHIME visant à cartographier le rythme d’expansion de l’univers.

« Nous réfléchissons constamment à de nouvelles méthodes et techniques d’interprétation des énormes quantités de données que nous recueillons chaque jour. Pour chacune des cibles scientifiques de CHIME — sursauts radio rapides, cosmologie, pulsars, la Voie lactée, etc. —, les équipes responsables travaillent fort sur une infrastructure qui permettra de réaliser de grands progrès (comme ceux auxquels nous avons assisté dans le cas des sursauts radio rapides). C’est fantastique que le caractère innovateur de ce travail soit publiquement reconnu, d’autant plus qu’il est en grande partie le fait d’étudiants et de scientifiques en début de carrière. » [traduction]

Robert Myers, directeur de l’Institut Périmètre, a fait écho à ce sentiment : « Le télescope CHIME est une réussite canadienne remarquable, qui modifie notre compréhension des sursauts radio rapides, et il a le potentiel de faire bien davantage. À l’Institut Périmètre, nous sommes fiers de contribuer à ce succès. C’est merveilleux que les travaux innovateurs de l’équipe du télescope CHIME soient reconnus par ce prix. » [traduction]

 

- Stephanie Keating

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

Contact avec les médias,

Director of Communications & Media (On Leave)
519-569-7600 x4474

« C’est une immense réussite pour l’astrophysique canadienne. »

 

- Kendrick Smith, professeur à l’Institut Périmètre