ANNA GOLUBEVA REMPORTE LE PRIX BRASSARD DU CRSNG


Anna Golubeva, doctorante à l’Institut Périmètre, est honorée pour ses recherches interdisciplinaires.

Anna Golubeva, doctorante à l’Institut Périmètre, récemment récipiendaire d’une prestigieuse bourse d’études supérieures du Canada Vanier, vient de remporter le prix de doctorat Gilles-Brassard du CRSNG pour la recherche interdisciplinaire. Mme Golubeva travaille avec Roger Melko, professeur associé à l’Institut Périmètre, sur l’application de méthodes d’apprentissage automatique à la résolution de problèmes de systèmes quantiques complexes à N corps.

Mme Golubeva est d’abord venue d’Allemagne à l’Institut Périmètre en 2016 pour participer au programme PSI (Perimeter Scholars International – Boursiers internationaux de l’Institut Périmètre), programme de maîtrise d’une durée d’un an offert par l’Institut. Pendant cette année, elle a manifesté à M. Melko son intérêt pour les techniques de simulation informatique de systèmes de matière condensée. Les deux ont travaillé ensemble sur le projet de recherche menant au mémoire de fin de maîtrise de l’étudiante.

Impressionné par la qualité du travail de Mme Golubeva, M. Melko lui a ensuite offert un poste de doctorante au sein de son équipe de recherche à l’Université de Waterloo et au laboratoire d’intelligence quantique de l’Institut Périmètre. Elle a accepté et choisi ce poste de préférence à plusieurs autres en milieu universitaire et dans le secteur privé.

« C’est le programme PSI qui m’a fait venir au Canada. Mon directeur de thèse actuel, Roger Melko, et l’Institut Périmètre m’ont incitée à rester au Canada pour mon doctorat, dit-elle. Le Canada se distingue en matière de diversité, tant en sciences que de manière générale. » [traduction]

Le prix de doctorat Gilles-Brassard du CRSNG pour la recherche interdisciplinaire, mis sur pied en 2012 par Gilles Brassard (récipiendaire en 2009 de la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en science et génie), est remis chaque année à un titulaire d’une bourse d’études supérieures du Canada Vanier qui incarne parfaitement la recherche interdisciplinaire.

« Anna était bien au courant de la révolution accélérée par l’apprentissage automatique dans le monde de la technologie de l’information, et nous avons bientôt commencé à discuter des possibilités d’utiliser l’apprentissage automatique dans mon propre domaine de recherche en physique, dit M. Melko. Une telle perspective et une telle vision sont rares chez des étudiants de cet âge. » [traduction]

Anna Golubeva a d’abord étudié la biophysique au 1er cycle universitaire, acquérant des connaissances de base en physique, en biologie, en chimie, et même un peu en médecine.

À l’Institut Périmètre, elle s’est orientée vers la physique théorique. « Mais je continuais de croire en une science interdisciplinaire, dit-elle. La nature n’est pas divisée en sous-domaines — biologie, physique, mathématiques —, mais elle constitue un tout. Notre compréhension de la nature peut progresser lorsque l’on franchit les limites qui séparent ces disciplines académiques. » [traduction]

Ses recherches actuelles constituent une véritable combinaison de ces sous-domaines.

« L’apprentissage automatique, explique Mme Golubeva, est un outil du domaine de l’intelligence artificielle dont les racines se situent quelque part entre les neurosciences et l’informatique, mais il se répand rapidement dans tous les domaines possibles de la science et de l’industrie. L’adaptation de l’apprentissage automatique à la physique théorique était quelque chose de nouveau il y a quelques années, mais c’est maintenant une branche de la physique théorique qui est fortement représentée à l’Institut Périmètre par le truchement de son laboratoire d’intelligence quantique. » [traduction]

Anna Golubeva dit que la réception du prix Brassard ajoute un soutien tangible et significatif à un stade crucial de sa jeune carrière : « Cela renforce mon idée et ma motivation de poursuivre mon travail. » [traduction]

« Anna fait partie des rares jeunes chercheurs audacieux qui définissent les liens entre l’intelligence artificielle et la physique théorique fondamentale, déclare M. Melko. Je suis ravi que le prix Gilles-Brassard soit remis à une étudiante aussi méritante, et je suis enthousiasmé d’être aux premières loges pour assister aux développements suscités par son nouveau domaine interdisciplinaire de recherche. » [traduction]

- Stephanie Keating

 

 

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

Contact avec les médias,

Director of Communications & Media
519-569-7600 x4474