HISTORIQUE

L’Institut Périmètre est né de l’idée audacieuse d’investir de manière stratégique dans l’un des domaines les plus fondamentaux de toute la science. Le concept était à la fois radical et simple : créer un milieu favorisant les percées qui transformeront notre avenir, tout en faisant connaître au monde entier la puissance de la physique. Lisez la suite pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’Institut Périmètre.

La physique théorique fondamentale est une pierre angulaire de la science quantitative moderne, sur laquelle beaucoup de choses reposent. Elle nous permet de mieux comprendre l’univers, et ses idées sont à l’origine des technologies de demain. Les piles solaires, les ordinateurs, le GPS, les technologies sans fil et l’imagerie diagnostique, entre autres, résultent de percées réalisées en physique théorique.

1999 – Fondation

En 1999, cette idée audacieuse en tête, Mike Lazaridis, fondateur de Research In Motion (devenue par la suite BlackBerry) et chef de file de la révolution des téléphones multifonctionnels, a recruté Howard Burton à titre de directeur fondateur et a formé un conseil d’administration chargé de mettre sur pied un institut de calibre mondial consacré à la physique théorique. En quelques mois, sous leur direction, est né l’Institut Périmètre de physique théorique. Une petite équipe a fait des visites et des entrevues dans des centres similaires à l’étranger, afin d’établir les orientations et le cadre qui régissent aujourd’hui les activités de recherche de l’Institut. En voici les principaux éléments :

L’Institut Périmètre est indépendant. Il n’est affilié à aucune université ou entreprise privée. Cela lui donne la liberté de recruter de manière stratégique des chercheurs dans des domaines clés, tout en leur donnant la possibilité de repousser les frontières de nos connaissances actuelles et de réaliser des percées scientifiques. • L’Institut Périmètre renforce la recherche en physique partout en Ontario et au Canada, en mettant l’accent sur la collaboration et les partenariats avec le milieu universitaire local et mondial. • L’Institut Périmètre réunit une communauté de chercheurs dans une structure comportant peu d’échelons hiérarchiques, ce qui permet de mettre l’accent sur les idées nouvelles et encourage un jugement fondé sur les capacités plutôt que sur l’âge, le nombre de citations ou la renommée.

En complément de ses activités de recherche et de formation, l’Institut Périmètre a également mis sur pied une équipe de diffusion des connaissances, afin de communiquer la passion et les merveilles de la science, au Canada et à l’étranger. Des programmes spéciaux ont été conçus pour captiver les élèves, les enseignants et le grand public : conférences publiques, camps d’été pour élèves et enseignants, ressources pédagogiques, activités spéciales. 2000 – Lancement officiel

• L’Institut Périmètre fait l’objet d’un lancement officiel et public le 23 octobre 2000, avec un engagement personnel de 100 millions de dollars de Mike Lazaridis. • Jim Balsillie et Doug Fregin, collègues de M. Lazaridis à la direction de Research In Motion, donnent chacun 10 millions de dollars. • Un comité consultatif scientifique est mis sur pied. Il comprend huit éminents scientifiques de divers pays. • La Ville de Waterloo fait don d’un terrain très bien situé dans la haute-ville pour la construction des futures installations de l’Institut Périmètre.

2001 – Début des activités de recherche

• Les activités de recherche débutent en octobre 2001, avec un noyau de 9 scientifiques de réputation internationale. Un an plus tard, les chercheurs de l’Institut Périmètre seront au nombre de 24.

2002 – Mise sur pied d’un partenariat public-privé

• L’Institut Périmètre prend la forme d’un partenariat public-privé, alors que les gouvernements du Canada et de l’Ontario offrent un soutien important aux activités de l’Institut. • En janvier 2002, la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) accorde à l’Institut Périmètre une subvention d’infrastructure de 5,6 millions de dollars pour ses nouvelles installations, et le Fonds ontarien pour l’innovation accorde plus tard lui aussi une subvention de 5,6 millions de dollars. • En juin 2002, le Premier ministre Jean Chrétien vient à Waterloo annoncer une contribution du gouvernement du Canada de 25 millions de dollars sur 5 ans. Cette contribution sera versée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) pour soutenir la mission de recherche de l’Institut Périmètre. • Également en juin 2002, le gouvernement de l’Ontario promet un soutien direct de 15 millions de dollars supplémentaires.

2004 – Ouverture d’installations primées

• En octobre 2004, l’Institut Périmètre ouvre les portes de son premier bâtiment construit sur mesure, conçu spécifiquement pour favoriser la collaboration, la réflexion et l’émergence de nouvelles idées. • Conçu par le cabinet d’architectes montréalais Saucier + Perrotte, le bâtiment de quelque 6000 mètres carrés héberge l’équipe de plus en plus nombreuse de recherche, de formation et de diffusion des connaissances de l’Institut Périmètre.

2005 – EinsteinFest : une célébration de la science

• L’Institut Périmètre accueille EinsteinFest, la plus importante célébration publique de la science en Amérique du Nord, au cours de l’Année internationale de la physique. Pendant 10 jours, plus de 28 000 personnes viennent à l’Institut pour divers exposés, projections et expositions.

2006 – Évaluation indépendante

• Le CRSNG dirige une évaluation indépendante des activités de recherche scientifique et de diffusion des connaissances de l’Institut Périmètre depuis sa fondation. • Cette évaluation conclut que l’Institut Périmètre est un grand succès sur la scène scientifique, à l’échelle mondiale et pour le Canada, en éducation et pour la diffusion des connaissances.

2007 – Croissance et changement de directeur

• En mars 2007, le gouvernement du Canada renouvelle son appui à l’Institut Périmètre, le qualifiant de centre d’excellence rendu possible grâce à un partenariat public-privé. Il s’engage à verser 50 millions de dollars sur 5 ans pour le financement des opérations courantes. • En mai 2007, Rob Myers, membre fondateur du corps professoral de l’Institut Périmètre, assure la direction scientifique après le départ du directeur fondateur Howard Burton, qui quitte l’Institut pour relever d’autres défis. • Également en mai 2007, Stephen Harper, Premier ministre du Canada, et d’autres hauts représentants du gouvernement, dévoilent à l’Institut Périmètre la nouvelle politique du gouvernement en matière de science et de technologie.

2008 – Nouvelles initiatives

• En janvier 2008, la deuxième version de PIRSA (le site d’archivage en ligne de l'Institut Périmètre) entre en service. La plupart des exposés officiels présentés à l’Institut – séminaires scientifiques, conférences, activités de diffusion des connaissances – sont désormais enregistrés et accessibles en ligne dans ce site permanent d’archives, que l’on peut consulter et citer sans frais. • En février 2008 a lieu le lancement de la série Explorations de l’Institut Périmètre, ensemble d’outils pédagogiques que les enseignants peuvent utiliser en classe pour initier les élèves à divers sujets de physique et les guider dans leur exploration. • En mai 2008, Neil Turok, Ph.D., cosmologiste de renom, est nommé directeur de l’Institut Périmètre. Il quitte son poste de titulaire de la chaire de physique mathématique de l’Université de Cambridge. • En juin 2008, en présence des partenaires publics de l’Institut Périmètre, Mike Lazaridis annonce un don supplémentaire de 50 millions de dollars pour soutenir la croissance des activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances de l’Institut. • En novembre 2008, le professeur Stephen Hawking devient le premier titulaire d’une chaire de chercheur invité distingué de l’Institut Périmètre. Ce nouveau type de chaire permet à des scientifiques de premier plan du monde entier d’établir à l’Institut Périmètre leur « seconde résidence de recherche ». Neuf autres éminents chercheurs deviennent titulaires d’une telle chaire dans l’année qui suit.

2009 – Bâtir sur le succès

• Sous l’impulsion de son directeur Neil Turok, l’Institut Périmètre lance et poursuit de nouvelles initiatives : • expansion des domaines de recherche de l’Institut; • implication de la communauté internationale des physiciens, par le truchement de partenariats et liens nouveaux; • croissance de son équipe de chercheurs, par le recrutement de professeurs, professeurs associés, postdoctorants, doctorants et titulaires de chaire de chercheur invité distingué; • expansion des programmes de diffusion des connaissances; • lancement du programme PSI (Perimeter Scholars International) – programme de maîtrise innovateur qui prépare des étudiants exceptionnels du monde entier à une carrière en recherche de pointe; • début d’une nouvelle expansion des installations, en collaboration avec des partenaires publics et privés. • Mike Lazaridis et Doug Fregin font chacun un don supplémentaire de 20 millions de dollars. • En octobre 2009, l’Institut Périmètre organise le festival Quantum to Cosmos (Du quantum au cosmos), l’activité scientifique de sensibilisation sur place et en ligne la plus ambitieuse jamais tenue au Canada. Ce festival a attiré à l’Institut plus de 40 000 participants, et plus d’un million de personnes en ligne, pour des conférences, des tables rondes, des causeries, des activités culturelles, la première d’un documentaire sur l’Institut, un festival de films de science-fiction, ainsi que l’immensément populaire exposition Physica Phantastica. • Également en octobre 2009, l’initiative WGSI (Waterloo Global Science Initiative) est mise sur pied. Il s’agit d’un nouveau partenariat entre l’Institut Périmètre et l’Université de Waterloo, formé dans le but de faire progresser les solutions scientifiques et technologiques de l’avenir. • Toujours en octobre 2009, l’Institut Périmètre lance son programme de rayonnement international, qui vise à stimuler la physique théorique à l’échelle mondiale et, par la même occasion, à consolider la position du Canada comme chef de file de la promotion de la science et de l’innovation dans le monde.

2010 – Investissements dans l’avenir

• En juin 2010, l’Institut Périmètre accueille Stephen Hawking, titulaire d’une chaire de chercheur invité distingué, pour un séjour de recherche de 6 semaines et une conférence télévisée. • En juillet 2010, Stephen Harper, premier ministre du Canada, annonce à l’Institut Périmètre une nouvelle subvention fédérale de 20 millions de dollars pour aider à la mise sur pied d’ici 2015 d’un nouveau réseau de 5 centres de l’Institut africain de mathématiques (AIMS). Cette annonce s’inscrit dans le cadre du programme de rayonnement international de l’Institut. • En novembre 2010, le Groupe financier BMO investit 4 millions de dollars pour la mise sur pied de la chaire Groupe financier BMO Isaac-Newton de physique théorique de l’Institut Périmètre.

2011 – Ouverture d’un nouveau centre

• En mars 2011, le gouvernement de l’Ontario renouvelle son soutien aux activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances de l’Institut Périmètre en accordant une subvention de 50 millions de dollars sur 10 ans. • En juin 2011, le gouvernement du Canada renouvelle également son appui au modèle de financement public-privé de l’Institut Périmètre en promettant 50 millions de dollars sur 5 ans pour soutenir le fonctionnement de l’Institut. • En juillet 2011, KPMG dirige une évaluation indépendante des activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances de l’Institut Périmètre. Voici l’une des conclusions de cette évaluation : « Les recherches menées dans les principaux domaines d’activité de l’Institut Périmètre sont d’une grande importance et ont des conséquences considérables. […] Certaines d’entre elles sont particulièrement révolutionnaires et transforment la science. » • En septembre 2011, le nouveau Centre Stephen-Hawking de l’Institut Périmètre ouvre ses portes. Cet agrandissement répond à l’expansion des activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances de l’Institut. En doublant la superficie des installations, il permet d’accueillir 3 fois plus de chercheurs. Plus de 10 000 personnes participent sur place aux 3 jours des célébrations d’ouverture, sans compter un vaste public en ligne. Les célébrations comprennent des visites, des conférences, la populaire exposition Physica Phantastica, de même qu’une table ronde enregistrée sur le pouvoir des idées.  

« J’espère et j’entrevois que de grandes réalisations verront le jour ici. »

Stephen Hawking,
titulaire d’une chaire de chercheur invité distingué
de l’Institut Périmètre