L’INSTITUT PÉRIMÈTRE FAIT PART DE GRANDES IDÉES DANS LA CAPITALE NATIONALE


Le président de la Chambre des communes a accueilli l’Institut Périmètre pour une séance d’information sur le rôle national et international de l’Institut dans la recherche, la formation et la diffusion des connaissances.

Cette semaine, plus de 150 invités de divers partis politiques fédéraux, ainsi que de ministères et d’agences du gouvernement, ont rencontré des chercheurs, des étudiants et des membres de la direction de l’Institut Périmètre, à l’occasion de la première journée de l’Institut sur la colline du Parlement.

Cette activité a permis de mieux faire connaître l’Institut Périmètre, de mettre en lumière ses liens avec toutes les régions du pays et sa présence dans le monde, et de susciter des échanges sur la science comme instrument d’autonomie pour les jeunes.

« Nous sommes ravis d’avoir pu discuter des activités de l’Institut avec des élus ainsi qu’avec des fonctionnaires de tous les secteurs du gouvernement du Canada », a déclaré Neil Turok, directeur de l’Institut Périmètre. « Ce fut une excellente occasion de faire connaître nos plans et de parler des contributions que nous souhaitons apporter. » [traduction]

 
 

Un large éventail de personnes liées au gouvernement canadien ont participé à la journée de l’Institut Périmètre sur la colline du Parlement : des députés de diverses régions du Canada – de Vancouver à St. John’s, en passant par le Grand Nord –, des sénateurs ainsi que des représentants de divers ministères, dont Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE), Affaires mondiales Canada et Patrimoine canadien. Des dirigeants du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, de la Fondation canadienne pour l’innovation et de l’Agence spatiale canadienne ont également assisté à cette activité.

« Ce que fait l’Institut Périmètre est extraordinaire », a déclaré l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes, ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, et députée fédérale de Waterloo, en Ontario, où se trouve l’Institut Périmètre.

« On entend souvent dire que le monde a besoin de plus de Canada, mais j’aime aussi dire que le Canada a besoin de plus de Waterloo. » [traduction]

M. Turok a déclaré que tous les représentants de l’Institut Périmètre ont été enchantés de renforcer les liens avec les supporteurs du secteur public qui permettent à l’Institut d’exister.

« Ce fut un honneur, a-t-il ajouté, de rencontrer autant de personnes réfléchies et à l’esprit constructif, et de discuter de la manière dont nous pouvons tous contribuer à faire de ce pays un exemple pour le monde en matière de sciences, d’engagement public et de développement d’une société du savoir. » [traduction]

 

 

DISCUSSIONS SUR LA SCIENCE ET L’ÉDUCATION AU PAYS ET À L’ÉTRANGER

 

Les 22 représentants de l’Institut Périmètre – professeurs, étudiants, postdoctorants et cadres administratifs – ont parlé de leurs antécédents, de leur travail et des grandes possibilités qui leur sont offertes ici, au Canada.

Parmi les nombreux scientifiques présents, la physicienne des particules Asimina Arvanitaki a parlé de sa venue au Canada et de ses recherches sur la mystérieuse matière sombre. L’astrophysicien Avery Broderick a parlé des confins de la recherche sur les trous noirs. Les spécialistes de la physique quantique Lauren Hayward Sierens, Jon Yard et Roger Melko ont donné un aperçu des nouveaux matériaux et dispositifs qui façonneront notre avenir.

Des étudiants et diplômés du programme de maîtrise PSI (Perimeter Scholars International – Boursiers internationaux de l’Institut Périmètre), ainsi que des doctorants et postdoctorants à l’Institut, ont expliqué pourquoi ils ont choisi le Canada et l’Institut Périmètre pour lancer leur carrière de chercheur.

La rencontre a aussi permis à l’Institut Périmètre de témoigner de son engagement auprès des jeunes, des enseignants et du grand public, au Canada et dans le monde entier. Greg Dick, directeur de la diffusion des connaissances à l’Institut Périmètre, a déclaré : « À titre de centre ayant un fort mandat de diffusion des connaissances, l’Institut Périmètre est actif dans toutes les régions du pays – auprès des enseignants et de leurs élèves, jusque dans les classes – et de plus en plus ailleurs dans le monde. » [traduction]

Il a également donné un aperçu des activités d’Innovation150 qui feront partie d’une tournée du Canada organisée en collaboration avec des partenaires nationaux et régionaux dans le domaine de la vulgarisation scientifique. Pour souligner cet effort, un grand camion aux couleurs de la tournée Le pouvoir des idées était stationné bien en vue devant les édifices du Parlement. L’exposition itinérante s’arrêtera dans des collectivités de chaque province et territoire pendant les célébrations de 2017.

Renforcer les liens

« La variété des sujets de discussion a été source de grande motivation », a déclaré Michael Duschenes, chef de l’exploitation et directeur administratif de l’Institut Périmètre.

« Elles ont porté non seulement sur l’importance de la recherche fondamentale, mais aussi sur la manière dont l’Institut attire des talents de premier ordre, établit des liens avec les collectivités et explore de nouveaux partenariats dans des domaines où le Canada peut être à l’avant-garde. » [traduction]

John Matlock, directeur des relations extérieures et des affaires publiques à l’Institut Périmètre, a déclaré que ce fut « un très grand honneur » d’être accueilli dans la capitale nationale par Geoff Regan, président de la Chambre des Communes.

« Nous sommes très reconnaissants envers les nombreux dignitaires qui se sont montrés intéressés par les travaux de l’Institut Périmètre. » [traduction]

Au nombre des invités, il y avait Greg Fergus, député fédéral de la circonscription de Hull-Aylmer et secrétaire parlementaire de Navdeep Bains, ministre de l’Industrie, des Sciences et du développement économique (ISED). M. Fergus a rencontré des membres de l’Institut œuvrant dans les domaines de la recherche, de la formation et de la diffusion des connaissances, et s’est dit particulièrement ravi d’avoir discuté avec Neil Turok à propos de l’origine et de la structure de l’univers.

« C’est extraordinaire, a-t-il déclaré, d’avoir au Canada un centre tel que l’Institut Périmètre, qui rassemble les esprits les plus brillants de la planète.

« Les travaux actuels et futurs de l’Institut Périmètre sont de nature à produire un savoir qui bénéficiera aux générations futures. » [traduction]

 
 Colin Hunter

pour en savoir plus

 

 

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

For more information, contact:

Manager, Communications
(519) 569-7600 x5071

« Ce fut une excellente occasion de faire connaître nos plans et de parler des contributions que nous souhaitons apporter. » [traduction]

 
Neil Turok, directeur de l’Institut Périmètre