A A   
Connect with us:      

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE NOETHER


Quatre physiciennes talentueuses viennent d’être recrutées à titre de boursières invitées Emmy-Noether de l’Institut Périmètre.

De 1908 jusqu’à sa mort en 1935, la mathématicienne allemande Amalie Emmy Noether a fait des contributions majeures en algèbre abstraite et en physique théorique, malgré un milieu universitaire qui excluait en grande partie les femmes. Elle a travaillé pendant 7 ans sans être rémunérée et en a passé 4 autres à donner des cours sous le nom de son collègue David Hilbert.

Emmy Noether a néanmoins persévéré. Son théorème éponyme expliquant le lien entre la symétrie et les lois de conservation continue de sous-tendre une grande partie de la physique moderne. Albert Einstein l’a qualifiée de « femme la plus importante de l’histoire des mathématiques ».

Un siècle plus tard, beaucoup de choses ont changé, mais la physique reste dominée par les hommes. Selon la Société américaine de physique, à partir du 1er cycle universitaire, moins d’un physicien sur cinq est une femme.

L’Institut Périmètre s’efforce de contribuer à changer cette situation. En 2013, l’Institut a lancé le programme de boursières invitées Emmy-Noether, qui vise à soutenir des physiciennes prometteuses en début de carrière. Quatre nouvelles boursières ont été choisies lors de la dernière ronde de recrutement : Olalla Castro Alvaredo (Université de la Ville de Londres), Emanuela Dimastrogiovanni (Université Case Western Reserve), Paula Mellado (Université Adolfo-Ibáñez) et Yaping Yang (Université du Massachusetts à Amherst).

Tout comme les 19 boursières invitées Emmy-Noether accueillies à ce jour par l’Institut Périmètre, ces boursières récemment désignées bénéficieront d’un congé de leur institution d’appartenance et passeront jusqu’à un an dans le milieu scientifique dynamique de l’Institut pour y effectuer des recherches au potentiel immense. Elles auront la chance d’échanger avec des scientifiques couvrant tout le spectre de la physique théorique.

« En seulement quelques années, nous avons déjà réussi à établir des liens avec un grand nombre d’excellentes physiciennes », déclare Bianca Dittrich, professeure responsable du programme à l’Institut Périmètre. « Nous sommes enthousiasmés par la capacité de ces bourses à faire de l’Institut la destination de choix pour des physiciennes de premier plan et à aider davantage de femmes à avoir une carrière longue et productive dans le domaine. » [traduction]

Le personnel de l’Institut Périmètre travaille à adapter le séjour des boursières Emmy-Noether aux besoins de chacune : congé d’enseignement dans les institutions d’appartenance; logement non loin de l’Institut; recherche d’écoles et de garderies pour les boursières qui ont des enfants.

La souplesse du programme est l’un de ses principaux atouts. Si le calendrier d’une boursière ne lui permet pas de venir à l’Institut l’année où elle est recrutée, son séjour peut être reporté à l’année suivante. Si un séjour prolongé n’est pas possible, il peut être remplacé par plusieurs séjours de plus courte durée.

« Nous mettons tout en œuvre afin que ces séjours soient productifs pour les boursières et pour les scientifiques résidants avec qui elles collaborent, explique Mme Dittrich. Nous voulons que ces chercheuses créent des collaborations à long terme qui les aideront à progresser dans leur carrière. » [traduction]

Voici une brève présentation des quatre nouvelles boursières invitées Emmy-Noether :

Olalla Castro Alvaredo est professeure agrégée de mathématiques à l’Université de la Ville de Londres. Cette physicienne théoricienne s’intéresse à la théorie quantique des champs (TQC). Elle se spécialise dans l’étude des TQC intégrables à 1+1 dimensions, ainsi que d’autres théories connexes comme les modèles statistiques, les théories conformes des champs et les chaînes intégrables de spins quantiques. Mme Castro Alvaredo collabore également à plusieurs projets de vulgarisation scientifique et cherche à promouvoir la science, notamment chez les jeunes et les femmes. Elle est membre de l’Institut de physique du Royaume-Uni depuis 2012.

Emanuela Dimastrogiovanni est professeure adjointe à l’Université Case Western Reserve. Cette cosmologiste travaille à l’élaboration de modèles visant à décrire l’origine de structures cosmiques et à étudier les liens entre la cosmologie et la physique des particules. Elle cherche en outre à identifier des signatures et des observables qui — dans les limites de sensibilité des prochaines observations — seront les plus efficaces pour étudier les particules de très haute énergie contenues dans l’univers.

Paula Mellado est professeure agrégée à l’Université Adolfo-Ibáñez de Santiago, au Chili, et chercheuse associée Simons au Centre Abdus-Salam de physique théorique de Trieste, en Italie. C’est une physicienne théoricienne de la matière condensée qui s’intéresse notamment aux aimants ayant des interactions antagonistes, aux systèmes frustrés, à l’informatique quantique et à la théorie de l’élasticité.

Yaping Yang est professeure adjointe invitée à l’Université du Massachusetts à Amherst. Ses recherches portent sur la théorie de la représentation, la topologie et la géométrie algébrique. Ses travaux s’étendent sur plusieurs branches des mathématiques, dont la théorie de la représentation géométrique, les groupes quantiques et la cohomologie elliptique. En 2016, Mme Yang a obtenu une bourse de voyage de la Société américaine de mathématiques et de la Fondation Simons. En août 2017, Yaping Yang se joindra au corps professoral de l’Université de Melbourne.

– Mike Brown

 

pour en savoir plus:

 

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

For more information, contact:

Manager, Communications
(519) 569-7600 x5071

« Nous sommes enthousiasmés par la capacité de ces bourses à faire de l’Institut la destination de choix pour des physiciennes de premier plan. » [traduction]

 

– Bianca Dittrich, professeure à l’Institut Périmètre