LA LIEUTENANTE-GOUVERNEURE EN FAVEUR DE L’ÉMANCIPATION PAR LA SCIENCE


Elizabeth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l’Ontario, fait équipe avec l’Institut Périmètre pour soutenir l’éducation et l’égalité en sciences.

Quand Elizabeth Dowdeswell est devenue lieutenante-gouverneure de l’Ontario, elle a rompu avec une tradition : au lieu de mettre d’abord l’accent sur son mandat de représentante de la Reine dans la province, elle s’est plutôt mise à l’écoute des récits, des préoccupations et des idées des Ontariens. Les thèmes qui sont ressortis sont ceux de la narration, de la cohésion sociale, du développement durable et de la place de l’Ontario dans le monde.

Alors que les Canadiens ont jeté un regard sur leur passé et se sont tournés vers l’avenir en cette année de 150e anniversaire, Mme Dowdeswell a affirmé que la culture scientifique est sans conteste une composante essentielle d’une société stable et prospère. Dans cet esprit, elle a rencontré la communauté de l’Institut Périmètre à deux reprises cette année, afin de mieux saisir ce qui préoccupe les scientifiques et les enseignants.

En juillet, Mme Dowdeswell — qui a été enseignante, de même que chargée de cours à l’université, bien avant de devenir lieutenante-gouverneure — a rencontré les enseignants du secondaire qui participaient à l’atelier EinsteinPlus de l’Institut Périmètre. Elle a passé une avant-midi avec 44 enseignants qui, tout en s’amusant, acquéraient des manières de comprendre, puis d’enseigner des sujets comme la mécanique quantique et la relativité générale.

Elizabeth Dowdeswell a déclaré : « Je suis venue entre autres pour remercier ces enseignants de ce qu’ils font et les encourager à continuer dans cette voie, car la culture scientifique est très importante.

« Elle est fondamentale pour notre croissance et notre maturité en tant que pays. Ça ne veut pas dire que tous les enfants deviendront des scientifiques, même si certains le seront, et à un très haut niveau. La méthode scientifique fait intervenir la pensée critique et la résolution de problèmes — utiles dans toute carrière et pour la simple participation citoyenne. » [traduction]

Cette visite à l’Institut Périmètre a donné à Mme Dowdeswell l’idée d’inviter un groupe de chercheuses, d’employées et de membres du conseil d’orientation de l’Institut Périmètre à venir la rencontrer à Queen’s Park en novembre, pour une discussion privée sur les progrès des femmes en sciences.

Les représentantes de l’Institut Périmètre ont eu droit à une visite guidée des coulisses de l’Assemblée législative et à un cours accéléré sur le système politique du Canada (qui s’est avéré fascinant pour beaucoup de scientifiques de l’Institut provenant de l’étranger), avant de rencontrer la lieutenante-gouverneure, qui les a invitées à faire part de leur expérience en tant que femmes en sciences.

La conversation a porté sur un certain nombre de sujets, dont le « syndrome de l’imposteur » qui tourmente de nombreuses scientifiques, l’importance d’avoir des modèles féminins et les effets de la diversité sur la recherche scientifique.

« J’ai été très heureuse de rencontrer un groupe de femmes d’un milieu scientifique, ainsi que de discuter des petites et grandes choses qui ont de l’importance, a déclaré Mme Dowdeswell. Nous avons notamment abordé ce que nous devons penser de notre système d’éducation et notre manière d’appréhender la science en tant que personnes. Mais ce fut avant tout pour ces femmes une occasion informelle de me raconter leur histoire. » [traduction]

Pour certaines chercheuses, le fait qu’une représentante de haut niveau du gouvernement s’intéresse activement à la science a été une expérience aussi rare que bienvenue. « Inviter des scientifiques ici, et s’intéresser à ce qu’elles ont à dire, je n’avais vu cela nulle part ailleurs » [traduction], a affirmé Emanuela Dimastrogiovanni, boursière Emmy-Noether à l’Institut Périmètre.

Elizabeth Dowdeswell considère que d’être la « conteuse en chef » de la province fait partie de son rôle en tant que lieutenante-gouverneure, et elle entend entretenir des conversations sur la diversité et l’éducation en sciences. En juillet, elle a déclaré : « J’aime toujours venir à l’Institut Périmètre, parce que c’est un lieu étonnant, grouillant d’une activité intense, plein d’esprits brillants et intéressants qui travaillent dans un espace magnifique.

« Un endroit comme l’Institut Périmètre est une formidable vitrine pour l’Ontario dans le monde. Il attire les meilleurs éléments et se consacre au progrès de l’humanité. Que pourrait-on espérer de mieux? » [traduction]

 
- Colin Hunter and Stephanie Keating
 
 

POUR EN SAVOIR PLUS :

  • Le recueil 150 récits de la lieutenante-gouverneure, qui contient des images et de brefs articles décrivant des réalisations scientifiques, sociales et culturelles représentatives de l’Ontario, est accessible gratuitement en ligne. Parcourez tous ces récits à arts.lgontario.ca/canada150.
 

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

Contact avec les médias,

Director of Communications & Media
519-569-7600 x4474

« Un endroit comme l’Institut Périmètre est une formidable vitrine pour l’Ontario dans le monde. Il attire les meilleurs éléments et se consacre au progrès de l’humanité. Que pourrait-on espérer de mieux? » [traduction]

– Elizabeth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l’Ontario