UNE BOURSE AFRICAINE DES INSTITUTS FIELDS ET PÉRIMÈTRE ALIMENTE DE GRANDES IDÉES


La bourse postdoctorale africaine des instituts Fields et Périmètre, dont les candidatures sont actuellement acceptées pour la deuxième édition, a permis à Dine Ousmane Samary, natif du Bénin, de poursuivre des recherches de pointe au Canada.

La tempête de neige qui fait rage juste derrière la verrière de l’Institut Périmètre rappelle à Dine Ousmane Samary qu’il est bien loin de son pays.

Mais pourtant, couvert de poussière de craie et gribouillant des équations sur un tableau, il se sent vraiment chez lui.

Premier récipiendaire de la bourse postdoctorale africaine des instituts Fields et Périmètre, M. Samary profite au maximum de cette occasion de mener pendant un an des recherches (et de plus dans un tel milieu) dont il aurait difficilement pu rêver pendant ses années d’études.

Alors qu’il grandissait en Afrique de l’Ouest, Dine Ousmane Samary avait une soif inextinguible de connaître et de comprendre.

Même à Cotonou, la capitale côtière du Bénin, où il vivait et allait à l’école, il devait constamment lutter pour satisfaire sa curiosité intellectuelle. Tous ne considèrent pas l’éducation scientifique comme une priorité, dans un pays dont le taux d’alphabétisme est l’un des plus bas au monde.

« Dans mon pays, la science n’est pas très développée », rappelle M. Samary. Maintenant âgé de 32 ans, il s’attaque à des questions fondamentales sur la gravitation quantique, domaine qui vise à unifier la mécanique quantique et la relativité générale. « Comme les politiciens disent que ce n’est pas important, c’est difficile de faire de la recherche scientifique dans mon pays. Mais j’ai eu de bons professeurs qui m’ont motivé à étudier en sciences. »

Cette motivation l’a conduit à obtenir une maîtrise, puis un doctorat, à l’Institut de mathématique et sciences physiques de l’université béninoise d’Abomey-Calavi. C’est pendant un stage postdoctoral qu’il a entendu parler de la bourse postdoctorale africaine des instituts Fields et Périmètre. Il a été ravi d’apprendre qu’il deviendrait le tout premier boursier dans le cadre de ce programme.

« J’étais très heureux d’avoir été choisi », dit M. Samary, qui a déménagé à Waterloo avec sa femme et leur fils âgé d’un an. « J’aime la physique parce que je voudrais tout comprendre. Je peux maintenant faire de la grande science avec des gens excellents. »

Cette bourse, dont les candidatures sont actuellement acceptées pour la deuxième édition, offre à des Africains qui ont récemment obtenu leur doctorat en mathématiques ou en physique théorique la possibilité de faire des recherches et de collaborer avec des scientifiques, tant à l’Institut Périmètre qu’à l’Institut Fields de l’Université de Toronto.

Pendant la durée de sa bourse, Dine Ousmane Samary s’intéressera aux théories quantiques des champs construites sur des groupes de tenseurs, qui constituent une approche d’une théorie de la gravitation quantique indépendante du fond. Il est en bonne compagnie à l’Institut Périmètre, important centre mondial de recherches en gravitation quantique. Il aura ainsi des occasions de collaborer avec des professeurs, d’autres postdoctorants et des étudiants.

Cette bourse constitue pour lui une étape précieuse dans sa carrière scientifique, même s’il doit s’adapter à un climat plus froid.

« C’est très différent du Bénin », dit-il en regardant par la fenêtre pendant la tempête. Puis, se tournant vers les équations écrites au tableau, il ajoute : « Mais il fait bon ici, à l’intérieur. »

Renseignez-vous sur la bourse postdoctorale africaine des instituts Fields et Périmètre, ou posez votre candidature.

 

L’INSTITUT PÉRIMÈTRE DE PHYSIQUE THÉORIQUE

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

For more information, contact:

Manager, Media Relations
(519) 569-7600 x5071

« Je peux maintenant faire de la grande science avec des gens excellents. »

- Dine Ousmane Samary